Trop, c’est trop !

Alors oui, c’est triste, faudrait vraiment être un sombre connard pour se réjouir de la mort de Johnny, ce sera une épreuve douloureuse pour sa famille, ses amis et ses plus grands fans, et le gars aura quand même marqué de façon indélébile la pop culture française, pour toutes les générations, avec pour ma part, une forte préférence pour sa période eighties. Seulement voilà, vu que j’aime bien être le petit rouage grippé qui gueule derrière son écran, j’aimerais quand même dire un truc : on a pas tous le même rapport à Johnny. Perso, ses chansons, aussi belles que certaines puissent être (merci au passage à Jean-Jacques Goldman pour les paroles), me rappellent de mauvais souvenirs d’enfance que je n’évoquerai pas ici. En plus de ça, avec tous les hommages qu’on va nous forcer à bouffer pendant des mois, on va en occulter tout le reste des infos, du genre ces démons de crevures de politicards qui vont nous plugger l’anus sans vaseline avec des textes de lois liberticides pendant que toi, petit français moyen, tu vas écouter « Je te promets » pour la 1538ème fois alors que ça le fera pas revenir. Toi non plus, quand tu partiras, tu reviendras pas. Bref, je souhaite bon courage aux SDF cet hiver, aux enfants qui se feront tuer dans des attentats ou à la famille qui vit sous le seuil de pauvreté avec 5 euros d’APL en moins, parce qu’on en aura rien à foutre de votre gueule… Ceci dit, terminons sur une note plus légère avec la dernière apparition de Johnny Hallyday au cinéma, dans l’une des meilleures comédies françaises de l’année. Parce que oui, il était acteur aussi.

Image de prévisualisation YouTube

Marien B.

En bonus, une reprise des portes du pénitencier by Mathieu D

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Vertus des pierres |
Học Nghề Đầu Bếp Ở TPHCM |
COMITE D'ENTREPRISE DU... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Critcroc
| Unredider