Le film de Marien B #818

EN BREF – « La Ch’tite Famille » : bon, ça y est, il est content ? Son Altesse Dany Boon a eu son César du Public pour son « Raid Dingue » tout moisi, vu qu’il y a dix ans, Pitchoune avait pleuré parce que l’Académie n’avait pas reconnu son talent pour fédérer 20 millions de Français pour son super gentillet « Bienvenue chez les Ch’tis », qui est soit dit en passant, une comédie que je ne déteste pas, en tout cas pas autant que certains navets racistes et homophobes dont notre beau pays s’est fait la spécialité. Alors autant vous dire que j’ai du mal avec le bonhomme, dont l’ambition minimale et l’humour périmé de son « cinéma » est inversement proportionnel au budget faramineux que ça coûte pour pas grand-chose. Et son dernier opus, « La Ch’tite Famille », qui n’est pas une suite du carton de 2008, dispose de plus de 26 patates, soit cinq fois « Get Out », ce qui casse bien les couilles quand on sait qu’un Alexandre Astier galère sa mère pour financer sa trilogie « Kaamelott » sur grand écran. Bref, cette nouvelle comédie, parce que le jour où il fera autre chose il pleuvra des grenouilles, cause d’un designer d’intérieur bobo qui cache ses origines ch’timi parce que c’est les rednecks de chez nous, et il va se passer plein de péripéties attendues comme dans 95% des films de Boon. Hé bah vous savez quoi ? C’est son meilleur film depuis « Bienvenue chez les Ch’tis »! Oui, j’avoue, j’ai pas passé un mauvais moment, vu que c’est finalement bien plus humble et tendre que ses deux dernières merdes, et lorsqu’il parle de ses racines nordistes, le gars arrive par intermittences à être assez sincère et offre en plus un très joli rôle à une Line Renaud réellement attachante. Bon après, évidemment, vous commencez à me connaître, mais y’a plein de trucs qui vont pas : on est clairement dans le degré zéro de la mise en scène et de l’art cinématographique, ça aurait dû être expurgé d’un bon quart-d’heure qui sert à rien, y’a des caméos et des hommages forcés qui saoulent (merci de laisser Johnny se reposer en paix, merde !) avec même un bêtisier durant le générique comme dans un Jackie Chan où ça s’auto-congratule entre blindés qui se tapent une roulette hollandaise, y’a des acteurs bien relous comme une Valérie Bonneton que je supporte de moins en moins (et c’est con, je l’aimais bien, avant) et surtout, malgré toute la gentillesse du truc, ça sent vachement l’entreprise mercantile et fainéante qui ne semble avoir été conçue que pour gratter un deuxième César du Public l’année prochaine. Bref, en soi, le film arrive à faire passer un moment pas affreux vu que je n’ai eu envie d’insulter personne après la projection, mais j’en démors pas : Dany Boon n’aime pas le cinéma et le pouvoir de l’imaginaire. Et pendant ce temps, Astier galère sa mère..

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Vertus des pierres |
Học Nghề Đầu Bếp Ở TPHCM |
COMITE D'ENTREPRISE DU... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Critcroc
| SMS MultiServices
| Unredider